« Prédictions » 2014

La tradition veut que les blogueurs donnent en chaque début d’année leurs prédictions. Et comme chaque année, plutôt que de vouloir prédire soit des banalités (« le marché du mobile va croître ») soit des choses qui ont toutes les chances de se révéler fausses, je préfère parler des challenges auxquels seront confrontés les géants du secteur (dans mon cas, l’informatique grand public)

Pour tous, le but pour 2014 est bien évidemment une histoire de croissance. Comment y arriver dépend cependant de la compagnie.

Apple

La firme à la pomme a eu une bonne année 2013. L’iPhone 5s s’est bien vendu, permettant à Apple de tenir le haut du pavé du marché des smartphones haut de gamme.

Combien de temps ce marché va durer face aux smartphones d’entrée de gamme ? C’est la toute la question. Chaque année il devient de plus en plus difficile de tenir le public en haleine avec un nouveau modèle. Et plus le temps passe, plus les smartphones d’entrée de gamme deviennent suffisamment bon. Le challenge d’Apple est donc d’alimenter le marché des smartphones haut de gamme et d’éviter -ou de repousser le plus possible- la baisse des prix comme c’est arrivé avec le PC/Mac.

Autre challenge : inverser le ralentissement du chiffre d’affaire de l’iPad. Si les ventes mêmes ont bien augmenté par rapport à 2012, le CA total n’a que faiblement augmenté.

Google

Le challenge du géant de Mountain View est, comme les années précédentes, d’éviter que l’écosystème Android n’explose. Car les problèmes ne manquent pas lorsqu’on distribue un système d’exploitation libre sur un grand nombre de smartphones et autres appareils variés.

Tout d’abord, Android souffre d’une forte fragmentation, à la fois en termes de type d’appareils mais également en termes de version d’Android utilisées. Peu de smartphones Android peuvent en effet mettre à jour le système d’exploitation du fait d’un processus compliqué. Cette double fragmentation a pour conséquence de fragiliser la sécurité du système d’exploitation et rend difficile le développement d’applications qui vont tourner sur le plus d’appareils possibles.

Côté constructeur, un phénomène inverse de consolidation se produit – et paradoxalement représente également un danger pour Google. Samsung est en effet de loin le plus important constructeur Android, devenant trop puissant au goût de Google – à tel point que le géant coréen pense lancer son propre système d’exploitation.

Pour contrer ces deux phénomènes, Google utilise des services et API propriétaires pour contrôler Android bien que ce dernier soit libre. Le succès de ses applications sur Android (Maps, Gmail, Hangout, etc.) permet à Google de forcer les constructeurs à respecter certaines normes s’ils veulent que ces applications soient disponibles sur leurs appareils. Qui plus est, Google fournit une API propriétaire qui simplifie et harmonise le développement sur Android. Mais là encore, cette API n’est disponible que sur les smartphones des constructeurs qui montrent patte blanche. Mais tout cela n’est pas forcément suffisant et diriger l’écosystème Android est un peu comme essayer de coordonner une équipe de chats. En d’autres termes, bon courage !

Autre challenge pour Google : rendre l’écosystème Android plus profitable. Android est peut-être le système mobile le plus installé, il règne surtout sur le marché d’entrée de gamme – un marché à faibles marges. iOS garde par contre une part disproportionnée des profits du marché, des ventes en ligne et de l’utilisation même des appareils mobiles.

Finalement, l’écosystème Android est toujours à la traîne en matière de brevets et continue d’être poursuivi en justice pour diverses violations de brevet.

Une bonne surprise pour Google en 2013 a été son Chromebook dont les ventes semblent avoir décollées selon une étude du NPD Group (encore que le marché analysé reste vague). Les Chromebooks sont également en tête de liste des ventes d’Amazon.com. Signe qui ne trompe pas : Microsoft a même lancé aux Etats-Unis des pubs critiquant le Chromebook. Un fait rarissime de la part de Redmond qui a pour habitude d’ignorer la concurrence Windows. Les parts de marché de Chromebook restent cependant faibles et Google devra transformer l’essai.

Microsoft

Même si sa tablette Surface 2 et son système d’exploitation mobile Windows Phone 8 se vendent mieux que leurs prédécesseurs, Redmond a encore beaucoup de chemin à faire sur le marché de l’informatique mobile. Pas facile de se forger une place face à iOS et Android qui occupent déjà le terrain. Et si la stratégie de vouloir utiliser Windows partout a des avantages (le noyau Windows équipe désormais Windows Phone comme la Xbox One), elle présente également ses inconvénients. La tablette Surface consomme plus de ressources que l’iPad, et vouloir utiliser le même système sur PC et tablettes représente un problème que personne n’a à ce jour réellement résolu.

Le challenge du prochain PDG de Microsoft sera donc d’alimenter la progression sur le marché mobile avant que Wall Street ne perde patience et ne décide de le débarquer – je doute en effet que le prochain PDG puisse durer autant de temps que son prédécesseur s’il n’affiche pas des résultats probants.

L’autre challenge est opérationnel. Redmond s’est en effet lancé dans une réorganisation pour abattre les fiefs et que toutes le divisions fonctionnent en concert (le fameux slogan « One Microsoft »). On ne réorganise cependant pas une compagnie de cette taille comme ça. Un des barons s’est fait éjecter, mais cela ne suffira pas. En plus de mener à bien la réorganisation, le futur PDG devra s’assurer que le rachat de Nokia se passe au mieux – un rachat de cette taille n’étant jamais trivial.

Facebook

La mode, c’est ce qui se démode. Et ce phénomène touche le réseau social de plein fouet. Les adolescents désertent en effet Facebook pour d’autres services tels qu’Instagram ou Snapchat. Difficile en effet de rester cool lorsque les grand parents des dits ados sont sur Facebook et veulent les friender.

Le challenge pour Mark Zuckerberg sera donc de rendre Facebook à nouveau cool, que ce soit en développant de nouveaux services ou en rachetant des nouveaux venus sans tuer la poule aux oeufs d’or après le rachat.

Samsung

Le géant Coréen a un challenge sur deux fronts. Tout d’abord face à Apple. Son smartphone haut de gamme, le Galaxy S4, a en effet eu des ventes décevantes face à l’iPhone 5s. Si Samsung reste le poids lourd parmi les constructeurs Android, ses résultats pour 2013 ont déçu les investisseurs. Le challenge sera de se rattraper pour 2014.

Autre challenge : Samsung semble vouloir s’affranchir de Google le plus possible. Sans surprise, le géant américain fera tout pour l’en empêcher.

Blackberry

Le challenge pour Blackberry en 2014 à ce point est simplement de survivre. Et le fait que la compagnie canadienne soit publique n’aide pas. Ses (piètres) résultats trimestriels ne donnent pas confiance aux clients, ce qui plombe les ventes, ce qui entraîne d’autres piètres résultats trimestriels, renforçant le cercle vicieux. Dernièrement je n’ai vu que des entreprises qui basculaient de BlackBerry à d’autres smartphones (principalement l’iPhone), jamais l’inverse. Que peut faire BlackBerry à part se faire racheter ? A ce point je ne vois pas grande issue de secours.

Cela dit, bonne année 2014 à tous !

Explore posts in the same categories: Evolution

One Comment sur “« Prédictions » 2014”

  1. alefebvre Says:

    Comme d’habitude, une bonne analyse.
    J’ajouterais que les challenges du même type existent aussi chez les autres géants orientés marchés professionnel… En effet, qui aurait dit qu’Oracle (par exemple) serait un jour menacé par Amazon (mais si !) ?
    Et ce n’est que le début d’une grande redistribution des cartes dans ce secteur…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :