Convergence tablette / PC : sous quelle forme?

Depuis qu’Apple a lancé l’iPad en 2010, tout le monde a redoublé d’effort pour permettre aux tablettes d’être mieux adaptées aux applications de productivité – sans grand succès. Apple vend un clavier Bluetooth pour iPad. Plusieurs compagnies ont lancé des portables PC avec un clavier amovible. Logitech et tant d’autres vendent des claviers / étuis pour iPad. Mais pour l’instant, personne n’a trouvé la formule gagnante.

Challenges matériel ET logiciel

On parle beaucoup de convergence entre tablettes et PC, mais elle tarde à arriver. Il faut dire qu’elle se heurte à deux obstacles :

  • Un obstacle matériel : comment pouvoir facilement rajouter un clavier à une tablette, pour pas trop cher, avec un résultat qui tienne la route ? Un portable PC a l’avantage d’avoir un écran fermement attaché au clavier, ce qui lui permet de garder un écran vertical même sur ses genoux.
  • Un obstacle logiciel : comment s’assurer que le système d’exploitation comme les applications soient aussi faciles à utiliser avec un écran tactile qu’avec une souris ou un trackpad ? Certaines applications PC sont conçues pour fonctionner sur un grand écran et/ou de cliquer avec une grande précision. Certaines applications mobiles, quant à elles (particulièrement des jeux) demandent de sauter rapidement d’un bout à l’autre de l’écran (Fruit Ninja) ou de tapoter le plus de fois possibles.

L’approche Microsoft

Sans grande surprise, Microsoft a depuis 2001 « adapté » Windows pour qu’il tourne sur une tablette. Windows XP comme Vista n’avaient cependant comme seule adaptation le support d’écran tactile. Les tablettes devaient avoir un écran tactile très grand, ce qui a entraîné un prix beaucoup trop élevé (dans les $3000). Redmond a depuis corrigé sa copie avec Windows 8 en remplaçant l’interface graphique traditionnelle par l’interface de Windows Phone.

Côté matériel, la tablette Surface de Microsoft a un prix plus raisonnable, un écran plus petit format 16:9 (conçu donc pour être lu en mode paysage). Et son atout majeur est son clavier amovible.

Mais force est de constater qu’en voulant satisfaire les deux camps, le résultat est loin d’avoir fait l’unanimité. Le monde du PC n’aime pas le changement et regrette l’ancienne interface Windows. Et le monde mobile ne s’est pas rué sur la Surface pour autant. Il faut dire que la Surface à base de processeur ARM est incompatible avec Windows et de ce fait n’a que peu de logiciels. Quant à la Surface Pro (à base d’Intel), son prix élevé la met plus en concurrence avec les Ultrabooks PC qu’avec les autres tablettes du marché.

Microsoft est ici handicapé par les demandes matérielles de Windows. Développé sur PC, ce dernier est beaucoup plus gourmand en ressources qu’iOS ou Android. Une Surface 32 Go n’a par exemple que 12 Go de libre, le reste étant occupé par Windows. Quand à la Surface Pro, les resources necéssaires pour faire tourner Windows Intel ont augmenté le prix de la machine.

L’approche Google

Google pour l’instant ne semble pas chercher la convergence. Le géant de la recherche en ligne maintient deux systèmes d’exploitation en parallèle. Android pour les smartphones et tablettes d’un côté, et Chrome OS pour ses Chromebooks de l’autre.

Ubuntu travaille cependant sur « Ubuntu pour Android ». Cette distribution de Linux en cours de développement permettra de faire tourner Ubuntu sur un smartphone, en parallèle d’Android. Elle permettra également de brancher le smartphone à un écran, le transformant en ordinateur. Le site d’Ubuntu pour Android n’explique cependant pas quelles applications Ubuntu seront disponibles (étant souvent compilées pour processeur Intel) ni si elles seront utilisables de manière optimale à la fois en configuration smartphone et en configuration ordinateur.

Que ferait Apple ?

Apple étant orienté grand public, le marché professionnel n’est pas son coeur de cible. Mais la firme de Tim Cook pourrait être intéressée d’étendre le marché de l’iPad en remplaçant Windows auprès du grand public. Steve Jobs s’est une fois plaint du fait qu’en entreprise, les acheteurs n’étaient pas les utilisateurs – phénomène qui change avec le concept du BYOD (Bring Your Own Device) où les employés apportent leur propre matériel au bureau.

Un écran tactile ne sera jamais idéal pour des applications de productivité, mais la firme à la pomme pourrait apporter de nombreuses améliorations à iOS si elle le désirait. Comme rajouter les touches de curseur au clavier ou tout autre moyen de pouvoir facilement sélectionner du texte avec précision.

Mais Apple pourrait faire bien plus que cela. Si l’histoire est un guide, la compagnie préfère vendre deux appareils séparés plutôt qu’un appareil multifonctions. Dés la sortie de l’iPhone j’avais imaginé une station d’accueil en forme de PC portable où l’on insère son iPhone, transformant ce dernier en un portable avec un vrai clavier et un grand écran. Au lieu d’avoir un iPhone et une station d’accueil qui partagent le même coeur (processeur, mémoire et espace de stockage), Apple a préféré vendre deux appareils séparés – un smartphone ET une tablette – et travailler sur une synchronisation des données comme des applications entre les deux appareils.

On peut donc imaginer qu’au lieu de vouloir transformer l’iPad en un Ultrabook, Apple préfèrerait synchroniser l’iPad avec le MacBook.

Une première solution est évidemment de faire tourner iOS sur Mac. Cela veut dire utiliser un processeur ARM, quitte à se débarrasser du processeur Intel. Ca ne serait pas la première fois qu’Apple brise la compatibilité logicielle Mac. Pour les MacBook Pro cependant, souvent utilisés en entreprise, MS Office reste de mise. Apple pourra difficilement se passer d’Intel, mais on peut imaginer un MacBook Pro avec les deux processeurs. Pour la forme d’un Mac sous iOS, le challenge n’est pas mince, qu’il s’agisse d’un MacBook ou d’un iMac. Un tel ordinateur devrait avoir un écran tactile tout en gardant le clavier physique et la souris/trackpad pour les opérations de précision. Cependant, l’écran d’un ordinateur portable ou de bureau est à la verticale. Essayez d’utiliser un écran tactile à la verticale et vos bras vont vite fatiguer. Pour résoudre le problème il faudrait que l’écran puisse facilement basculer entre une position verticale et une position horizontale, cachant le clavier et/ou le trackpad par la même occasion. Mais Apple est une compagnie qui excelle dans ce type d’exercice.

Une autre solution serait de garder le Mac tel qu’il est, sans écran tactile, mais en se focalisant sur la couche logiciel. Apple contrôle déjà les applications qui sont distribuées sur iOS, et impose ses exigences en termes d’ergonomie. La firme à la pomme peut un jour décider que les applications iOS (ou du moins les applications de productivité) doivent désormais également prendre en compte une interface clavier/souris. Apple pourrait même faire que son kit de développement produise deux exécutables pour chaque application : un pour processeur ARM (iPhone et iPad) et un pour processeur Intel (Mac)

Cela sous-entend cependant qu’Apple est intéressé par une convergence Mac / iPad. Il est possible que la firme de Tim Cook ne soit intéressée que par le marché mobile, délaissant de plus en plus le marché des ordinateurs traditionnels.

Explore posts in the same categories: Ordinateurs de poche

4 commentaires sur “Convergence tablette / PC : sous quelle forme?”

  1. alefebvre Says:

    Très intéressant. Avais-tu pu lire cette chronique de Cringely qui portait plus ou moins sur le même sujet ?
    http://www.cringely.com/2013/09/19/the-secret-of-ios-7/

    • lpoulain Says:

      Je l’ai lu, oui, entre autre. Je ne suis par contre pas certain qu’Apple lance des produits à $200 (ni même $350). Mais il est clair que le futur d’Apple est dans iOS plus que MacOS.


  2. […] possibilité de croissance pour l’iPad serait de réussir une transformation pour devenir un outil de productivité, le permettant de concurrencer de plus en plus le PC. Mais Apple désire-t-il poursuivre dans cette […]


  3. […] plus de ressources que l’iPad, et vouloir utiliser le même système sur PC et tablettes représente un problème que personne n’a à ce jour réellement […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :