Réorganisation chez Microsoft ? Et après ?

Après plusieurs semaines de spéculations, Microsoft vient d’annoncer une réorganisation. Afin de luter contre les querelles internes, les 8 divisions de la compagnie sont refondues en 4, afin « d’encourager la collaboration. »

Dans sa lettre aux actionnaires de fin 2012, Steve Ballmer indiquait que le fond de commerce de la compagnie était désormais les « appareils et services » (devices and services). Cette réorganisation va dans ce sens.

Microsoft n’a pas tort de vouloir changer de stratégie. Mais plus une compagnie a du succès, plus il est difficile de changer. Non seulement tout changement ne doit pas handicaper ses produits à succès, mais ces derniers placent la barre très haut. Toute nouvelle stratégie du géant de Redmond doit ainsi préserver ses deux vaches à lait, Windows et Office, avec lesquels il se fait dans les 80% de marges (même si les autres divisions de la compagnie ramènent ses marges à « seulement » 23%). Tout nouveau produit ou service, pour satisfaire Wall Street, devra à la fois rapporter suffisamment et offrir des confortables marges.

Avantages et inconvénients des services

Si les gens ne vont pas jeter leur PC pour utiliser exclusivement une tablette, ils peuvent par contre remplacer leur PC de moins en moins souvent. C’est là où passer à un modèle de service peut aider à contrer le déclin des ventes en s’assurant un revenu constant. Du moins en théorie. Si le grand public est prêt à payer pour Office lorsqu’il achète un nouveau PC, est-il prêt à payer tous les ans pour une suite bureautique qu’il utilise rarement ? Est-il prêt à payer tous les ans pour Windows lorsque ce dernier semble gratuit, son prix étant caché dans le prix d’un nouveau PC ?

Un risque plus à terme est de trop tirer sur la corde. Il est en effet tentant de gonfler son chiffre d’affaire en augmentant le prix de l’abonnement avec pour prétexte d’ajouter des fonctionnalités supplémentaires – que les clients veuillent les dites fonctionnalités ou pas. Le risque est dans ce cas un retour de bâton où les utilisateurs quittent le service, souvent pour toujours.

Finalement, je ne sais pas s’il est possible de garder les marges juteuses dont jouissent Windows et MS-Office. A l’heure actuelle, Microsoft envoie quelques DVDs à Dell, et c’est ce dernier qui est charger d’installer les logiciels sur toutes ses machines ainsi que de les supporter auprès de l’utilisateur final. Le coût de vente incrémental est nul pour Redmond. Dans le cas des services, Microsoft doit gérer une armée de serveurs et ne peut plus se cacher derrière les vendeurs de PC pour fournir le support.

Le matériel

Redmond a de bonnes raisons de s’attaquer au marché du matériel alors qu’il a toujours évité de construire des PC. Avec le PC, Microsoft a toujours régné sur le système d’exploitation (d’abord avec MS-DOS puis Windows). Inutile donc de s’aventurer dans le matériel – un terrain aux marges faibles. Sur les smartphones et les tablettes par contre, Windows est minoritaire, très loin derrière Android et iOS. La meilleure manière de contrôler la plateforme reste donc de contrôler le matériel.

Le premier challenge est que Redmond se trouve en concurrence direct avec ses propres fournisseurs. L’autre est que vendre du matériel offre des marges bien plus faibles que de vendre du logiciel. La division Xbox a pendant longtemps perdu de l’argent, et est désormais tout juste profitable. 

Apple a de confortables marges parce qu’il se concentre sur quelques produits. Pour émuler le même modèle qu’Apple, Microsoft devrait se concentrer sur quelques produits qui rapportent beaucoup et se séparer de nombreuses divisions. Et encore, n’est pas Apple qui veut.

Mais le plus important ne change pas

En temps de crise, toute organisation a tendance à faire ce qu’elle sait faire, encore plus. Dans le cas de Redmond, la compagnie ne s’est pas séparée de certains produits pour être mieux focalisé, et continue dans sa stratégie de centrer tous ses produits autour de Windows.

On peut changer la structure d’une entreprise, sa stratégie ou même son PDG (plusieurs personnes réclament la tête de Ballmer). Mais il existe une chose qui est très difficile de changer : les clients.

Le gros des revenus de Microsoft provient du marché professionnel, et plus particulièrement des ventes de Windows et MS-Office. En plus d’être fortement lucratifs, ceux deux produits tirent avec eux de nombreux autres produits d’entreprise (Windows Server, Exchange, Lync, SharePoint, etc.)

Or ce sont ces clients qui façonnent la culture et la vision d’une entreprise. Ballmer a beau parler de se focaliser sur « appareils et services » et de parler du marché des consommateurs, son réflexe reste de penser aux utilisateurs de MS-Office avant tout. Ballmer comme Gates n’ont pas été avares de critiques envers l’iPad, et elles ont toutes été dans le même sens : l’iPad est une piètre tablette pour le travail d’entreprise. La tablette Surface Pro est d’ailleurs conçu dans ce sens, et reste avant tout un appareil d’entreprise plus en concurrence avec les ultrabooks que l’iPad.

L’un des buts de Redmond est d’effacer le plus possible la différence entre tous les types de produits pour offrir une expérience uniformisée, qu’il s’agisse du PC d’entreprise ou de la tablette grand public. Cela ressemble à de la nostalgie de l’âge d’or de Microsoft où le grand public utilisait quasiment uniquement les solutions issues du monde de l’entreprise : le PC, MS-DOS et Windows. Mais je ne suis pas convaincu qu’une telle uniformisation soit nécessaire ni même une bonne chose. La solution qui consiste à uniformiser avec succès deux modes de saisie totalement différents (l’écran tactile et le clavier/souris) reste à inventer (Microsoft compte-t-il également uniformiser la Xbox ?)

Mais au final, le mémo de Steve Ballmer n’est que des mots. Ce qui compte plus que tout est l’exécution. A Steve de montrer qu’il est dans la bonne voie.

Explore posts in the same categories: Microsoft

2 commentaires sur “Réorganisation chez Microsoft ? Et après ?”


  1. […] quel que soit le PDG, il reste quelques constantes. Comme je l’ai déjà écrit, le gros des revenus et de la croissance de Microsoft proviennent du marché d’entreprise, ce […]


  2. […] challenge est opérationnel. Redmond s’est en effet lancé dans une réorganisation pour abattre les fiefs et que toutes le divisions fonctionnent en concert (le fameux slogan […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :