Le complexe du premier téléphone

Google vient d’annoncer la fin de Google Wave. Lancé en grandes pompes lors de la conférence Google I/O de 2009, le service n’a eu que peu de succès malgré avoir eu pas mal de buzz.

Wave rejoint le cimetière – encombré – des produits techniquement très bons mais qui n’ont pas pris pour d’autres raisons.

Google Wave était en effet excellent d’un point de vue purement technique. L’idée de repenser l’email et la messagerie instantanée en un seul service était très bonne. Mais Wave s’est heurté à la loi de Metacalfe. Cette loi dit que la valeur d’un réseau est proportionnelle au carré à son nombre d’utilisateurs. Le revers de la médaille est qu’un réseau avec peu d’utilisateurs n’a qu’une piètre valeur. Quel est l’intérêt d’avoir un téléphone lorsqu’on est le seul au monde à en posséder un ?

C’est le problème qui a hanté tout concurrent d’eBay ou de Facebook, et beaucoup d’autres services dépendant d’un réseau : il faut arriver à atteindre une masse critique minimum. Facebook a par exemple commencé comme service pour les étudiants d’Harvard. Des services de messagerie en ligne comme Hotmail ou Gmail ont eux eu un succès foudroyant car ils ont fonctionné dés le début avec les services déjà existants. Si les utilisateurs de Gmail n’avaient pu communiquer qu’avec les autres utilisateurs de Gmail, ce service n’aurait été nulle part.

Le problème de Wave est qu’il n’a jamais réussi à atteindre cette masse critique, car il n’a jamais eu de marché de niche où démarrer. J’ai certes eu mon login pour Wave, mais une fois sur le service, je n’ai eu personne que je connaissais avec qui communiquer. Devant le manque d’activité les utilisateurs ne se sont donc pas connecté régulièrement (comme ils le font pour Hotmail, Gmail ou Facebook), ce qui n’a pas encouragé les nouveaux venus.

On se demande pourquoi Google n’a-t-il pas intégré Wave au sein de Gmail à l’instar de Gtalk, Google Buzz ou autres services de la compagnie.

Apple FaceTime

Un autre service grandement dépendant de la loi de Metacalfe est FaceTime, le système de téléphonie vidéo de l’iPhone 4. FaceTime fonctionne en effet très bien… du moment que votre interlocuteur possède lui aussi un iPhone 4. Les iPhones plus anciens ne possédant pas de caméra frontale, ils ne peuvent pas fonctionner avec FaceTime même si Steve Jobs le voulait de toutes ses forces.

FaceTime a cependant un gros avantage sur Google Wave : les clients n’achètent pas un iPhone 4 pour ce service. Cela permet donc de créer une base installée d’utilisateurs potentiels qui va grossir avec le temps. La question est cependant de savoir si les possesseurs d’iPhone 4 (et plus) seront suffisant pour atteindre une masse critique. Car savoir que des millions d’utilisateurs peuvent correspondre avec vous en utilisant FaceTime n’apporte pas grand chose. Ce qui compte est que les personnes que l’on veut appeler puissent utiliser ce service.

Certes, Apple veut faire de FaceTime un standard ouvert. Il a en effet publié les spécifications en encourage la concurrence à se connecter avec FaceTime. Reste à savoir si le reste du monde va suivre.

Et je ne serais pas étonné que Skype arrive à surfer sur la vague FaceTime. Jusqu’alors, tous les smartphones on copié de près ou de loin l’iPhone. On peut donc parier que la concurrence planche à l’heure actuelle sur des caméras frontales, Google en premier. Une inconnue est l’attitude des fournisseurs télécom. FaceTime ne fonctionne que sur réseau Wi-Fi, et c’est sans doute une contrainte d’AT&T (l’opérateur cellulaire exclusif de l’iPhone aux Etats-Unis) plus que d’Apple. Il est possible que les opérateurs fournissant des smartphones Android ne veuillent pas non plus que de la vidéo soit trop utilisée pour peur de surcharger leur réseau. Mais cette inconnue mise à part, reste à savoir quel protocole supporter. Car se rallier derrière FaceTime revient à apporter de l’eau au moulin Apple. Skype, par contre, n’a pas ce problème et possède une base existante non négligeable. Skype existe d’ailleurs déjà en tant qu’application iPhone, et permet de recevoir de la vidéo de son interlocuteur pour peu que ce dernier appelle d’un PC équipé d’une Webcam.

Si demain des smartphones Android commencent à se doter de caméras frontales et si Skype supporte ces dernières sur Android, cela mettrait Apple dans l’embarras. Si la firme à la pomme laisse Skype utiliser la caméra frontale de l’iPhone, FaceTime se trouve face à un concurrent sérieux. Car Skype fournit les mêmes fonctionnalités tout en ayant une plus grande base installée et fonctionnant sur réseau Wi-Fi et 3G (FaceTime ne fonctionne que sur Wi-Fi). Le seul avantage du service d’Apple est une meilleure intégration avec les appels téléphoniques.

Si par contre Apple refuse à Skype l’utilisation de sa caméra frontale (ou avec des restrictions, comme ne fonctionner que sur réseau Wi-Fi), l’iPhone du coup un moins bon service que la concurrence.

Affaire à suivre…

Explore posts in the same categories: Google, Internet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :