Microsoft et le marché grand public

Aux Etats-Unis, Microsoft vient d’arrêter le Kin, une sorte de semi-smartphone, pourtant sorti il y a seulement deux mois. Ce court délai a surpris beaucoup de monde, surtout de la part de Redmond qui a l’habitude de ne jamais lâcher prise. Mais les ventes seraient abyssales – on parle de moins de 10000 exemplaires vendus aux Etats-Unis.

Plusieurs raisons ont été invoquées pour expliquer ce Trafalgar. L’une d’elle est que si le téléphone était moins cher que la concurrence, son abonnement ($70 / mois) était du même ordre que celui d’un iPhone ou un smartphone Android. Pourquoi s’embêter à acheter un sous-smartphone dans ces conditions ?

Mais l’autre raison est que, en règle générale, Microsoft a des difficultés à toucher le marché du grand public.

Certes, il existe des contre-exemples. Le premier a été Windows 95. Mais à cette époque, l’interface graphique n’était pas encore mature, et le public (professionnel comme grand public) s’est donc jeté sur toute amélioration, en l’occurrence Windows 95. Microsoft n’a depuis jamais répété ce scénario d’engouement. L’autre contre-exemple est la Xbox. Mais une grande partie du succès de cette console est le jeu Halo qui a joué le rôle de killer app – le jeu qui justifie à lui seul l’achat de la console. Et Halo n’a pas été développé en interne. Microsoft a en effet réussi à mettre la main sur le bon éditeur de jeux vidéo.

Microsoft a toujours été beaucoup plus à l’aise sur le marché d’entreprise que sur le marché du grand public. Il a pourtant commencé sur le marché grand public, vendant son BASIC aux constructeurs de micro-ordinateurs dans les années 70 à une époque où ce marché était quasi-exclusivement grand public. Mais Bill Gates a saisi dés qu’il a pu l’occasion de passer côté professionnel, en particulier quand IBM est venu frapper à sa porte pour son PC. Et a depuis toujours gardé une certaine orientation professionnelle.

C’est ainsi que Microsoft a dés le début orienté ses PDA et ses smartphones sur le marché d’entreprise, et a été pris complètement au dépourvu lorsqu’Apple a lancé l’iPhone qui lui visait le grand public. Ce n’est qu’avec Windows Phone 7 (prévu pour la fin de l’année) que Redmond a compris qu’il lui fallait sortir un smartphone pour le grand public. En attendant, nombreuses sont les initiatives grand public de Microsoft qui se sont soldées par des échecs : Microsoft Bob (une tentative de recréer l’interface graphique) ; le Zune (le baladeur MP3 de MS), pourtant créé par la même équipe qui nous a apporté la Xbox. Avec le Kin, non seulement la firme de Steve Ballmer a tenté de s’attaquer au grand public, mais à l’un des marchés grand public les plus difficiles qui soient : les adolescents.

Une interview de Steve Jobs le juin dernier lors de la conférence D8 : All things digital donne une idée de la différence entre ces deux marchés :

« Ce que j’aime avec le marché grand public et que j’ai toujours détesté avec le marché d’entreprise et qu’on crée un produit, on essaie d’en parler à tout le monde, et tout le monde vote pour soi-même, il disent oui ou non. Et s’il y a suffisamment de oui, on a encore du travail demain. Voilà comment ca marche, c’est très simple. Alors que le marché d’entreprise n’est pas aussi simple. Les gens qui utilisent les produits ne décident pas, et les gens qui prennent ces décisions sont parfois désorientés. Nous adorons essayer de créer les meilleurs produits du monde pour les gens, et que ces derniers nous disent en votant avec leur portefeuille si nous sommes sur la bonne voie ou non. »

Bien évidemment, Steve Jobs voit midi à sa porte. Je suis certain que Steve Ballmer trouve bien plus facile de vendre en entreprise. Il n’y a qu’à convaincre une poignée de décideurs et l’entreprise entière achète les produits Microsoft comme un seul homme. Mais non seulement les décideurs sont différents sur les deux marchés mais les décisions mêmes sont prises différemment. En particulier, la force de Steve Jobs pour le marché grand public est d’être quelqu’un d’extrêmement visuel. Peut-être est-ce ces trip au LSD qu’il a pris lors de sa jeunesse? (il a une fois dit que ses expériences avec le LSD ont été « l’une des deux ou trois expériences les plus importantes » de sa vie) Peut-être Steve a toujours été comme ça. Quoi qu’il en soit, cette caractéristique, couplée à une obsession du détail de Steve, ont été deux facteurs faisant qu’Apple sait sortir des produits extrêmement séduisants. Non seulement des produits qui ont bonne allure mais qui se comportent visuellement brillamment, des icônes utilisées à l’aspect intuitif des applications. C’est également pour cela que les claviers Apple sont souvent peu confortables, Steve préférant sacrifier ce dernier au profit du look. Or l’aspect visuel compte beaucoup plus sur le marché du grand public que sur le marché d’entreprise. En entreprise, personne ne se soucie de l’aspect visuel d’un serveur. L’important est le prix et les fonctionnalités.

Bill Gates et Steve Ballmer ont par contre une personnalité très différente de Steve Jobs. Ce sont en effet des businessmen. D’excellents businessmen, mais pas du tout visuel, et pas du tout synchronisés sur les goûts du grand public. Bill Gates a tellement été la tête dans le guidon pendant des années qu’il a pendant longtemps ignoré jusqu’au nom de certains show télévisés célèbres.

Or la personnalité du fondateur et/ou du PDG influe grandement une compagnie car ils s’entourent de personnes avec qui ils peuvent naturellement travailler. Steve Jobs s’est entouré de Jonathan Ive, un designer britannique qui a conçu l’esthétique de nombreux produits Apple. Et au sein de la firme à la pomme les équipes de design ont au moins autant voix au chapitre que les développeurs – peut-être même plus.

Steve Ballmer par contre est connu pour être exceptionnellement doué pour les nombres. La légende veut que lors d’une réunion avec les autres grands dirigeants de la compagnie il distribue des feuilles bourrées de nombres et pousse même le vice jusqu’à ne pas ajouter de pourcentage pour pouvoir mettre plus de nombres. Autant dire que pour travailler avec Ballmer demande d’être à l’aise avec les nombres. On peut douter que Jonathan Ive puisse travailler avec Steve Ballmer.

Et ce sont ces grands dirigeants qui décident la direction que prend la compagnie. Ce sont eux qui vont choisir quels produits sont lancés par la compagnie, quels marchés sont jugés stratégiques – et quels marchés ne le sont pas.

Cela ne veut pas dire que Microsoft est incapable de s’attaquer au marché grand public. De même, la compagnie a sans doute des employés qui tentent d’orienter le géant dans cette direction. Mais Redmond a naturellement plus de difficultés à penser grand public que professionnel.

Explore posts in the same categories: Apple, Microsoft

5 commentaires sur “Microsoft et le marché grand public”


  1. […] Comme je l’ai déjà écrit, Microsoft ne peut plus utiliser les méthodes du passé avec le même succès, et n’a pas la culture idéale pour le marché grand public. […]


  2. […] risque de me répéter, je pense que le marché du grand public n’est pas le domaine où Microsoft est le plus […]


  3. […] caractéristiques expliquent pourquoi Microsoft est plus à l’aise sur le marché d’entreprise que le marché grand public, et pourquoi Apple est extrêmement à l’aise sur le marché du […]


  4. […] car celle-ci a été beaucoup trop influencée par le marché d’entreprise (un marché que Jobs n’a jamais aimé). Si le PC a représenté le basculement de la micro-informatique d’un monde gouverné par le […]


  5. […] d’approche entre Apple et Microsoft. Steve Jobs a une fois dit que ce qu’il aimait avec le marché grand public était que les gens choisissaient d’eux-mêmes, alors que sur le marché d’entreprise, […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :