La guerre de la Haute-Définition

Le Blu-Ray a gagné la guerre contre le HD-DVD. Mais la guerre de la haute définition n’est pas finie pour autant. Beaucoup se demandent en effet si le téléchargement (légal) où le consommateur télécharge ses films d’Internet plutôt que d’acheter un support physique ne va pas être le fossoyeur du Blu-Ray. Aux Etats-Unis il existe plusieurs solutions pour connecter son téléviseur à Internet et louer et/ou acheter des films en ligne (si quelqu’un connaît l’état des lieux en France, merci de me le faire savoir). Les solutions ne sont pas encore parfaites, mais cela viendra.

Où en sont les deux technologies? Quelles sont leurs avantages et inconvénients pour la vente de vidéo (film comme séries TV – je parle de la location dans la conclusion)?

Standardisation: avantage Blu-Ray

Le gros avantage du Blu-Ray est d’en avoir fini avec HD-DVD, ce qui lui a permit d’imposer un standard.

Les solutions de téléchargement, elles, n’en sont pas encore là. Il existe de nombreuses solutions mais toutes sont grandement incompatibles. Tout d’abord, le fait qu’elles utilisent un format protégé limite l’adoption – tout comme les formats de musique protégés ont freiné l’achat de musique en ligne. Les appareils pour connecter Internet à votre téléviseur sont bien souvent liés à un service de location/achat propriétaire, incompatible avec la concurrence. Le pire exemple est peut-être l’Apple TV qui vous propose de débourser de 300€ à 400€ pour avoir le « privilège » d’acheter et/ou de louer des vidéos (séries TV uniquement en France). Bien évidemment uniquement depuis l’Apple Store. Et bien évidemment les vidéos ne fonctionnent sur aucun autre appareil. Pas étonnant que l’Apple TV soit un bide.

Etant donné qu’il existe beaucoup plus de protagonistes dans le clan du téléchargement, il est possible que l’on assiste à une longue guerre des formats. Dommage, car le manque de standardisation est l’un des principaux freins à l’expansion de ce marché.

Facilité d’accès: avantage téléchargement

Sur ce front, le téléchargement aura toujours une longueur d’avance sur le Blu-Ray. Rien ne vaut la facilité de télécharger depuis un film depuis son écran de télévision.

Cela ne veut pas dire que le Blu-Ray ne peut pas améliorer l’expérience. Les producteurs de disques Blu-Ray pourraient par exemple faire que le disque se charge plus rapidement en supprimant les différents messages (oui, je sais qu’il est illégal de pirater un DVD) et autres bandes annonces (ras-le-bol de voir des pubs en chargeant un DVD que j’ai payé). Mais il n’est pas prouvé que cela soit suffisant pour convaincre les gens d’adopter le Blu-Ray.

Migration: zéro partout

Une des raisons qui freine l’adoption de la haute définition est que les consommateurs ont un stock de DVDs et qu’ils ne sont pas prêts à les racheter au format HD. Il reste plus simple (et moins cher) d’utiliser un lecteur DVD à upconversion (qui augmente la résolution des DVD existants)

Si l’industrie de la haute définition (Blu-Ray comme solutions de téléchargement) veut nous convaincre de passer à la HD, donner un coup de pouce à la migration n’est peut-être pas un luxe superflu.

Imaginez que la FNAC ou Amazon vous proposent un programme où, lorsque vous leur achetez un lecteur Blu-Ray, ils vous permettent d’échanger jusqu’à 10 de vos DVD contre l’équivalent Blu-Ray pour juste quelques euros (la différence de prix entre un DVD et un Blu-Ray par exemple). J’ai bien dit « échanger », c’est-à-dire que vous devez rendre les DVD (ça limite le fraude).

Les solutions de téléchargement pourraient également avoir un tel programme – on vous envoie une enveloppe pré-timbrée où vous mettez vos DVD, renvoyez l’enveloppe et quelques jours plus tard vous pouvez télécharger gratuitement vos vidéos au format HD.

Bien entendu, un tel « coup de pouce » à la migration ne peut se faire qu’avec l’accord des maisons de production. Une telle opération coûterait de l’argent et peut représenter un manque à gagner – je suis certain que l’industrie espère que le consommateur va repasser à la caisse pour racheter ses films et séries TV favoris au format HD. Mais toute l’industrie de la vidéo – revendeurs, constructeurs et studios de cinéma – a intérêt à ce que nous adoptions la HD. Ils feraient donc bien d’étudier une aide à la migration.

Le prix: (faible) avantage téléchargement

Concernant le prix, l’achat en ligne reste moins cher que l’achat d’un disque Blu-Ray ou DVD. Mais la différence n’est pas aussi importante que beaucoup espéraient – surtout quand on sait que le coût de téléchargement d’un film est virtuellement nul. Si elles le voulaient, les solutions de téléchargement pourraient proposer des prix très compétitifs. Mais il est à parier que les maisons de productions ne sont pas d’accord.

Mais le prix n’est pas tout. L’argument principal avancé pour expliquer l’expansion limitée du Blu-Ray est le prix du lecteur comme des disques, mais c’est un faux problème. Le problème n’est pas que le consommateur trouve que le Blu-Ray est trop cher, mais que la valeur ajoutée par rapport au DVD ne justifie pas le coût – nuance. Il a toujours été possible de convaincre le consommateur de payer plus si le produit apporte quelque chose de réellement novateur (regardez le CD dans les années 80). Visiblement, une qualité d’image et de son supérieure n’est pas suffisant pour convaincre les gens de migrer en masse.

La « forme » du produit: avantage (relatif) Blu-Ray

L’autre gros facteur qui limite l’achat de vidéo en ligne est que le consommateur est habitué à avoir entre les mains une copie physique de ses films. Avantage Blu-Ray.

Mais cela ne veut pas dire que la bataille est déjà gagnée. Les solutions de téléchargement comme le Blu-Ray peuvent influencer les choses.

Les solutions de téléchargement peuvent en effet essayer de changer le comportement du consommateur. Ce n’est pas facile, cela prend du temps mais c’est faisable. Le consommateur a ainsi commencé à délaisser le CD pour le format MP3 car ce dernier offre de nombreux avantages: avoir toute sa musique à portée de main, et possibilité de n’acheter qu’une seule chanson à la fois (exit les albums que l’on achète pour une ou deux chansons seulement)

Les solutions de téléchargement de vidéos devront cependant trouver d’autres avantages. Si l’idée avoir toutes ses vidéos sur un seul appareil est séduisante, cela n’est pas aussi séduisant que dans le cas de la musique car on ne change pas de film toutes les 5 minutes. Elles peuvent par contre utiliser d’autres arguments (migration, prix) pour contribuer à changer les habitudes. En particulier, viser le public le plus jeune possible car c’est celui qui a le moins d’inertie.

L’industrie du Blu-Ray, de son côté, peut également influencer les choses en repensant le support physique. Le tout est qu’elle sache être créative.

Car le support physique des DVDs et Blu-Ray est tout sauf séduisant. L’emballage n’est vu uniquement que comme une protection du disque (contre les accidents et le vol) – et est donc conçu comme tel. Résultat, ce sont des boites en plastique moches, bardées de bande adhésive antivol et avec une jaquette souvent bâclée. A l’intérieur on trouve un disque qui ressemble à un CD. Bref, rien de bien attrayant.

L’industrie du Blu-Ray ferait bien de s’inspirer du 33 tours qui, contre toute attente, reste toujours en vie. Les gens ne les achètent pas pour la qualité de la musique – les 33 tours sont livrés avec un code qui permet de télécharger la musique au format MP3 – mais bien pour avoir un bien physique dans les mains. Avec le Laserdisc (le précurseur du DVD, au format d’un 33 tours justement) on avait vraiment l’impression d’avoir quelque chose entre les mains. Un boite DVD est trop petite pour fournir une expérience comparable, et une boite plastique n’apporte pas la même sensation qu’une jaquette en carton.

On peut donc imaginer les disques Blu-Ray vendus dans un emballage du même type qu’un vinyle, c’est à dire dans une jaquette en carton soignée, et au milieu d’un disque format 33 tours (même si ce disque n’est que pour la décoration).

L’industrie du disque vidéo a complètement négligé l’aspect émotionnel du produit physique, et c’est un tort. Car si l’emballage n’est qu’un vulgaire moyen de support, autant télécharger les films.

Location vidéo: avantage téléchargement

Le marché de la location vidéo est à terme perdu pour le Blu-Ray. Les grands inconvénients d’une solution de téléchargement ne s’appliquent en effet pas pour la location: le consommateur ne possédant pas vraiment les films qu’il loue, il se fiche de l’emballage et du format de stockage.

Aux Etats-Unis, Netflix – le géant de la location vidéo par correspondance – propose pour la plupart de ses formules d’abonnement un téléchargement illimité en plus des DVD reçus par la poste. Ses clients qui veulent passer à la HD peuvent donc soit acheter un lecteur Blu-Ray pour $200-$300 et recevoir des Blu-Ray par la poste au lieu de DVD, soit acheter un lecteur Roku pour $100 qui leur permet de visualiser sur leur TV autant de films qu’ils veulent de Netflix (parmi 12000 films et séries) et d’acheter / louer sur le catalogue d’Amazon.com (40000 titres). Choisis ton campcamarade.

Vente de vidéos: avantage Blu-Ray – pour le moment

Pour le marché de la vente, le manque de standardisation des solutions de téléchargement ainsi que l’absence de support physique font que le Blu-Ray a une longueur d’avance. Mais ce dernier ne devrait pas se reposer sur ses lauriers, car cela peut changer. Au bout d’un moment il se dégagera un standard de téléchargement.

L’industrie du Blu-Ray a une avance sur le marché des ventes de films HD, mais elle risque de la perdre si elle ne fait pas une percée bientôt.

Explore posts in the same categories: Haute Définition, Internet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :