Les successeurs de Google

C’est un signe que Google n’est plus une startup: la presse désormais ne cesse d’annoncer des successeurs.

Qu’il y ait de nombreuses startups qui veulent devenir le prochain Google n’est pas nouveau. Il faut dire que l’histoire du géant de la recherche en ligne a de quoi faire de nombreux émules. Arrivé tard sur un marché déjà bondé, Google a néanmoins réussi à devenir le numéro un de la recherche sur Internet, et ce uniquement grâce à la qualité de son service. Et en faisant payer les publicités liées aux recherches il a bâti un empire financier.

Ce qui est plus nouveau est que la presse parle de ces « successeurs ». En juillet 2008 la presse grand public annonçait Cuil, un moteur de recherche sur le même modèle que Google qui affirme être « le plus gros moteur de recherche du Monde ». Quelques mois plus tard, c’était au tour Aardvark d’avoir ses 15 minutes de succès. Il y a quelques jours, CNN.com postait un article New search engines aspire to supplement Google (« Des nouveaux moteurs de recherche aspirent à compléter Google »).

Parmi tous ces prétendants au trône, il existe deux types: les moteurs de recherche Web « traditionnels » qui essaient de trouver des meilleures manières de chercher sur la toile et/ou de présenter les informations différemment (c’est le cas de Cuil). D’autres sites essaient eux de répondre aux questions des internautes en exploitant d’autres ressources que les pages du Web. C’est par exemple le cas d’Aardvark qui va rediriger vos questions à un autre utilisateur du site sensé s’y connaître sur le sujet. Wolfram Alpha, quant à lui, est un « moteur de connaissance » (computational knowledge engine) qui essaie de répondre aux questions – principalement d’ordre scientifique – en interrogant des bases de données. De même, nombreux sont ceux qui essaient d’exploiter les nombreux Tweets de Twitter pour fournir des informations en temps réel.

Mais le problème est que beaucoup de ces sites sont annoncés beaucoup trop tôt au grand public. Et cela nuit à la future concurrence de Google. D’une part, on n’a jamais une seconde chance de donner une autre première impression. Et sur Internet la patience est minimale. Quand le public entend parler d’un nouveau moteur de recherche il va bien souvent faire un tour, ne serait-ce par curiosité. Mais il ne va tester ce service qu’en quelques requêtes uniquement. Si le résultat n’est pas satisfaisant, il risque de quitter le site à jamais. C’est ce qui s’est passé pour Cuil qui n’était pas encore au point lorsqu’il a été annoncé.

L’autre risque est de fatiguer le grand public à force de ces annonces excessives. On risque de créer du scepticisme, ce qui rend la patience pour tester encore plus courte.

Mais même si un site a du succès, pour devenir le prochain Google il lui faudra franchir une autre étape: monnayer son succès de manière très lucrative. Twitter gagne peut-être en popularité, mais le site n’a encore aucun revenu. Et il ne sera pas forcément facile d’avoir des revenus publicitaires lorsque l’on fait du microblogging.

Car ce qui différentie un Google ou un Microsoft du reste des entreprises est que leur activité principale est tellement lucrative qu’ils peuvent se lancer dans beaucoup d’autres activités, mêmes si ces dernières ne sont pas profitables. Très peu de divisions de Microsoft sont rentables, mais les divisions Windows et MS-Office compensent largement. Pareil pour Google: les recettes publicitaires de son moteur de recherche sont tellement importantes qu’il peut se permettre de lancer une pléthore d’autres services gratuits. C’est ce qui permet à Google ou à Microsoft d’avoir autant d’influence sur le marché de l’informatique.

Explore posts in the same categories: Faux remplacements, Google, Internet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :