Le Web, 15 ans plus tard

15 ans après l’avènement du Web, il est intéressant de faire un tour d’horizon des prédictions de l’époque et de les comparer à la réalité.

La conclusion? Nos prédictions sont fausses la plupart du temps. Si nous avons tous très vite réalisé que le Web changerait nos vies, nous nous sommes trompés sur quasiment tout le reste.

Ce n’est pas Netscape qui est devenu le poids lourd d’Internet mais Google. Les gens n’achètent toujours pas leurs légumes en ligne mais ils ne regardent quasiment plus les petites annonces dans les journaux (du moins aux Etats-Unis). Certaines compagnies comme Amazon.com ou eBay ont su prendre avantage d’être les premiers sur leur marché, alors que des compagnies plus récentes comme Google ou Facebook ont réussi à se faire une place au soleil.

Un petit tour des différentes prédictions:

  • Mythe: la fin de l’intermédiaire. Internet était sensé nous débarrasser des intermédiaires. Les clients achèteraient directement sur le site Web des vendeurs, court-circuitant l’intermédiaire.
  • Réalité: si Internet a enlevé la difficulté physique de faire affaire avec une entreprise, il a apporté d’autres challenges. 1) trouver la dite entreprise parmi les millions d’autres sites Web. 2) avoir suffisamment confiance dans ce site pour lui donner son numéro de carte de crédit. Il faut se rendre à l’évidence: Google, eBay, Amazon.com ou PayPal sont des intermédiaires, et ils sont plus puissants que jamais.
  • Mythe: la montée du Network Computer au détriment du PC.
  • Réalité: le navigateur Web a considérablement évolué au court des 10 dernières années grâce à des technologies comme Flash ou AJAX. Par conséquent, les utilisateurs ont remplacé certaines de leurs applications par leur équivalent en ligne. Mais « certaines » ne veut pas dire « toutes ». A ce sujet, Internet a créé toute une nouvelle classe d’applications: des clients IM, des clients peer-to-peer, etc. Même Google a du passer par un client lourd avec Google Earth pour avoir le résultat désiré. S’il existe un besoin d’une borne Internet, cette dernière ne remplacera pas le PC rapidement.
  • Mythe: la fin des magasins « en dur » au profit des magasins en ligne.
  • Réalité: il existe des produits pour lesquels le consommateur n’est pas intéressé par l’achat en ligne. C’est par exemple le cas des fruits et légumes – toutes les expériences dans ce domaine ont échoué. De nombreux magasins ont cependant été durement touchés par Internet, car beaucoup de consommateurs testent les produits en magasin puis vont chercher en ligne le meilleur prix.
  • Mythe: la montée de la presse indépendante et des « citoyens journalistes »
  • Réalité: 99,999% des blogs se basent exclusivement des informations disponibles sur Internet. Ils sont peut-être indépendants, mais les blogs d’actualité n’en reste pas moins dépendant des informations de l’AFP et autres agences de presse.
  • Mythe: le modèle « push », promu par des compagnies comme PointCast où l’information est « poussée » vers l’utilisateur au lieu qu’il la « tire » lorsqu’il le désire.
  • Réalité: le modèle « push » a été à la mode pendant un an ou deux, avant de disparaître. La forme de push la plus proche est le fil RSS – même s’il est loin d’être connu par l’utilisateur lambda. La différence? Le RSS est un format ouvert et simple.

Quelques changements non prévus

  • La montée du contenu fourni par les utilisateurs: le modèle initial du Web est que les propriétaires des sites Web fournissaient la plupart du contenu. Bien sûr, dans les années 90 les gens se sont amusés à créer leurs petites pages Web sur Mygale et compagnie, mais le processus était trop complexe pour un novice en informatique. Mais le Web a, au fil du temps, grandement simplifié les choses. Les blogs permettent à n’importe qui de publier leurs pensées. YouTube et Dailymotion permettent aux utilisateurs de partager leurs vidéos amateur. Wikipédia permet à n’importe qui de contribuer à une encyclopédie globale. Le contenu est parfois de qualité amateur comparé aux sites qui fournissent du contenu professionnel (un peu comme la télé-réalité ne se compare pas toujours aux programmes TV traditionnels), mais les sites Web qui ont su capitaliser sur ce phénomène ont souvent récolté d’énormes bénéfices. Demandez donc aux fondateurs de YouTube, revendu quelques milliards de dollars à Google.
  • La montée des interactions entre utilisateurs: de même que les utilisateurs ont de plus en plus fourni le contenu, certains sites Web ont eu un énorme succès en devenant un simple médium entre utilisateurs. L’interaction entre utilisateurs devient plus importante que le contenu du site même. Cela a commencé avec les sites Web d’email en ligne (Hotmail), les messageries IM (ICQ), eBay ou même le peer-to-peer. Une classe très spéciale de sites Web sont les sites de réseautage: Friendster, MySpace, Facebook, LinkedIn, Viadeo, mais également les sites de rencontre en ligne (Meetic) qui sont les rares types de sites qui arrivent à faire payer leurs utilisateurs un abonnement mensuel. Du presque jamais vu sur la toile. Mais l’importance des interactions entre utilisateurs ne devrait pas être une surprise. Après tout, la première killer application sur Internet a été le courrier électronique, inventé dans les années 60.
  • Des services que l’on pensait être « trivial » ne sont pas forcément des commodités après tout. Lorsque Eric Schmidt, alors PDG de Novell, a été invité à rencontrer les fondateurs de Google, il a été fortement réticent. A l’époque, personne ne pensait que c’était un marché porteur. Après tout, il suffit juste d’indexer les pages Web, non? Google lui a prouvé le contraire. La leçon à apprendre? Quelque chose qui peut sembler trivial peut devenir un marché fort convoité. Le tout est de dépasser ce qui existe.
  • L’explosion du malware: jusqu’en 1993-1994 la Netiquette était strictement appliquée sur Internet. Postez sur les mauvais forums et vous vous faisiez remettre au pas vite fait. Les tout premiers spammers (un couple d’avocat en immigration) se sont tellement fait bombarder d’emails que leur boite aux lettres électronique a explosée. Mais le Web a ouvert Internet au grand public. Et lorsque le nombre de nouveaux utilisateurs mensuel a dépassé le nombre d’anciens utilisateurs, la Netiquette a disparue. Cela a commencé par le spam, mais a empiré avec le temps. Virus, phishing, etc.

Leçons

  • On ne sait jamais quel sera le prochain géant. En 2003 le Web semblait suffisamment occupé, et pourtant des compagnies comme YouTube ou Facebook sont apparues de nulle part pour devenir des poids lourds du Web. Une chose cependant: avec les circonstances actuelles il est possible qu’on voie apparaître moins de nouveaux géants. La raison est que si beaucoup d’entrepreneurs veulent fonder le prochaine Google, les investisseurs veulent financer le prochaine YouTube.
  • Les interactions entre utilisateurs sont critiques. La première killer app sur Internet était le courrier électronique – bien avant le Web. L’email a depuis été remplacé dans une certaine mesure par l’IM, mais le concept reste le même. Les interactions entre humains font partie de nos besoins fondamentaux.
  • Il y aura toujours des besoins humains qui feront toujours vendre. Les sites de rencontres en ligne sont ceux qui le moins de problème à faire payer leurs utilisateurs. De même, les sites pour adultes sont souvent de bons générateurs de revenus. Et l’un des principaux sujets du spam est la vente de Viagra. Cela ne devrait pas être une surprise. Pendant l’age d’or du Minitel une très grosse partie du marché provenait du Minitel rose. Mais au-delà du sexe, les gens ont des besoins de base qu’ils chercheront (et oui, l’interaction avec d’autres humains est l’une d’entre elles).
  • Toute technologie sera détournée à de mauvaises fins.
  • Toujours prendre les prédictions avec un grain de sel, car elles s’avèrent le plus souvent être complètement erronées. On a tendance à être trop optimistes sur certains aspects (le modèle push, la soi-disante nouvelle économie) et en même temps on est trop souvent pris par surprise par d’autres technologies (la montée de Google).
Explore posts in the same categories: Internet, Prédictions

One Comment sur “Le Web, 15 ans plus tard”

  1. JeanBonBeur Says:

    Les sites de rencontre aussi…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :